Discours de SEM Jovenel MOÏSE Installation des membres du Conseil Électoral Provisoire Palais national 22 Septembre 2020




Mesdames, Messieurs,
Tout d’abord, je tiens à remercier tous les secteurs qui ont compris l’urgente nécessité de se faire représenter au sein du Conseil Électoral Provisoire en vue d’apporter leurs pierres à l’édifice qu’est la démocratie. Le Conseil électoral est un outil important de préservation de l’équilibre démocratique.

Je suis donc heureux aujourd’hui de procéder à l’installation de ce Conseil électoral provisoire. C’est dans un contexte particulièrement difficile que vous avez pris la décision de servir la République. En acceptant de devenir membres de ce Conseil électoral, vous faites un acte de courage pour lequel la République vous sera éternellement reconnaissant.
Je mesure l’ampleur des sacrifices liés à votre mission. Dans la conjoncture actuelle, votre tâche sera délicate et même périlleuse. D’autres l’ont fait avant vous. Vous le faites aujourd’hui et d’autres le feront après vous.

Au moment où le discrédit est jeté sur l’ensemble de la classe politique et sur nos institutions démocratiques, vous devez vous attendre aussi à être calomniés et contestés. Il est normal que l’installation de ce Conseil électoral suscite de nombreux débats et prises de positions diverses.





S’il est un sujet à propos duquel tout le monde devrait pourtant s’accorder, c’est le besoin de stabilité dans le pays. Cette stabilité exige un engagement citoyen qui privilégie l’intérêt collectif au détriment des intérêts personnels et mesquins.

J’aime souvent répéter que la stabilité politique est le premier des biens publics.

Nous avons connu trop d’instabilité politique dans le pays. Ces événements sapent à chaque fois les fondations de la démocratie et traînent leur lot d’insécurité, de misère et d’incertitude. Si nous voulons construire la démocratie qui est le premier élément de cette stabilité, une démocratie qui se nourrit de la dynamique des relations entre la population et le pouvoir politique, les élections restent la voie idéale.

La démocratie exige que soient aux commandes des autorités légitimes choisies par le peuple à travers des élections libres, crédibles, honnêtes, inclusives, démocratiques et transparentes.

Mesdames, Messieurs, Conseillères et Conseillers,
Je sais que vous êtes tous et toutes impatients et impatientes de vous mettre au travail. Votre tâche ne sera pas facile. Vous avez la lourde mission de conduire le pays sur la voie du succès électoral. Je suis sûr que vous saurez vous montrer à la hauteur de la confiance de ceux qui vous ont confié la charge de les représenter au sein du Conseil électoral provisoire. Le devoir vous commande à être neutre, impartial et courageux dans les décisions que vous allez prendre.

Vous ne serez pas exempt des velléités de plus d’uns de vous corrompre et de tenter même de prendre des décisions à votre place.




Aussi, je prends l’engagement solennel en présence de tous ceux qui m’écoutent et qui me regardent, que l’exécutif ne va pas s’immiscer dans les décisions du Conseil électoral.
La mission du CEP est clairement définie dans l’arrêté qui lui a donné naissance. Nous nous engageons à vous donner les moyens pour accomplir cette mission qui consiste à permettre aux citoyens de participer librement aux décisions politiques par leur vote.

Je demande au Ministre de la justice et aux autorités policières de garantir la sécurité de tous les membres du CEP. Nous avons choisi la démocratie comme mode de conduite. Elle a ses règles et ses principes que nous devons tous respecter. L’intolérance et le culte de la pensée unique violent ces règles et principes démocratiques.

On ne peut pas promouvoir la démocratie dans l’intolérance, l’intimidation et la violence aveugle. Vouloir s’en prendre à des citoyens manifestant la volonté de mettre leur compétence et leur savoir au service de leur pays est condamnable.

Je demande donc aux autorités judiciaires de prendre acte de toutes les déclarations incendiaires et les menaces publiques proférées à l’endroit des membres du Conseil électoral sur les réseaux sociaux, par voie de presse et autres. Il est inacceptable de cautionner pareils comportement en 2020.

Haïti est membre fondateur de nombreuses organisations hémisphériques et planétaires. Aujourd’hui plus que jamais, le pays a besoin du soutien et de l’accompagnement de ces organisations et de ces pays amis afin d’arriver à la refondation de l’État Haïtien à travers des reformes quoique ambitieuses, mais nécessaires pour ne pas dire indispensables au progrès, à la stabilité sociale, politique et économique du pays.

Les forces sociales, politiques et économiques du pays et de la diaspora sont unanimes à reconnaître qu’Haïti, notre pays, a besoin de changements profonds pour redresser la barque de la Nation.




L’heure est grave. Les temps sont difficiles. L’horizon est embrumé. Pourtant nous pouvons et devons convertir ces ondes négatives en ondes positives en mettant de côté ce qui nous divise, en mettant l’emphase sur le peu qui nous unit.

Pè Aysyen ,Frèm ak Sèm kap tandem ou byen kap gadem nan 4 kwen peyi a, ak nan diaspora a,
Nan tout lòt peyi, lè gen pwoblèm enstabilite, goumen yonn ak lòt, yo toujou konsilte pèp la nan eleksyon pou yo mande sal panse ? E se nan eleksyon Pèp la deside ki moun li vle pou dirije-l. Lè li pa satisfè de lidè li yo, li pa vote yo. E li pa vle pou moun sa yo pale nan non li paske li pat ba yo manda.

Kidonk meyè fason pou yon moun konnen ki sa Pèp la panse de ou, se nan eleksyon pou w ale. Pèp la pa voye pèsòn ni touye moun nan non li, ni boule machin nan non li, ni fè moun pè nan non li, ni anpeche pitit li al lekòl.

Lè nou chwazi demokrasi kòm modèl pou fonksyonman sosyete a, nou chwazi tolerans, viv ansanm. Nou chwazi eleksyon. Mwen di sa plizyè fwa deja. Pa gen yon moun, pa gen yon gwoup moun, pa gen yon pati politik ki ka pretann rezoud pou kont li makòn ak paket pwoblèm peyi Dayiti akimile depi plis pase desan zan.

Lè a rive Ayisyen, Ayisyèn, Frèm ak Sèm, pou nou mete yon bout nan machin enstabilite san fren sa ki boulvèse la vi chak grenn sitwayen kap viv nan peyi a. Nou pa ka kontinye kanpe ap asiste peyi a ki soti pou disparèt nan men nou tout pou kòz divizyon, enstabilite, vyolans avèg.

Mezanmi li lè pou nou aprann viv ansanm nan la pè, nan respè yonn pou lòt !

Sa nou konstate ? Kote nou ye jodi a ? Pa gen lòt mo pou dekri reyalite a. Nap vanse ak tout boulin sou wout katastwòf. Nap vanse sou wout destriksyon nasyon an. Sa pa ka kontinye konsa !
Yon lòt fwa ankò, map mande nou tout, kelkeswa kote nou kanpe sou plan politik, sosial ak ekonomik, pou nou konprann fòk gen yon sakrifis ki fet pou peyi a. Sa vle di fòk nou jwen yon konsensis pou nou konvèti tout sa ki divize nou yo an opòtinite kap pemet nou jwen bonjan antant pou mennen peyi nou sou wout refòm yo tout bon vre. Pa gen pòt ki fèmen, okontrè se avanse n-ap avanse pou debwousaye wout la.

Pèp Ayisyen, Sèm ak Frèm,
Tout moun nan sosyete sivil la, sekte politik la, sekte ekonomik la ak dyaspora-a rekonèt e yo dakò ke peyi-a bezwen bon jan chanjman ak refòm ki ka mete l kanpe dwat. Moman an difisil, li fe nwa anpil, men pa bliye, si nou deside mete tout sa ki divize nou sou kote, lè sa li pwal fè klè.

Men pou limyè sa-a parèt, fòk nou jwen yon minimòm akò sou desakò nou. Paske nou pap kapab retire peyi a nan twou fon kote li ye-a san nou pa mete tout fòs nou ansanm.

Sitwayen, sitwayèn, gwoup sosyete sivil, òganizasyon politik, relijye ak sendikal, dyaspora mwen mande nou tout pou nou angaje n nan wout chanjman peyi a. Ayiti se pou nou tout.




• Mwen mande pou chak reskonsab piblik nan Leta pou pran reskonsablite yo ;
• Mwen mande pou chak sitwayen, chak sitwayèn pou defann dwa yo pou yo patisipe nan politik peyi-a ;
• Mwen mande pou lalwa akonpaye la vérité san paspouki ;
• Mwen mande pou Ayiti pran wout estabilite, lapè ak pwogrè.

Konsa chanjman total-kapital sa nou tout swete-a ap posib !

Kòm Premye mandatè nasyon an, devwam se defann rejim demokratik ke pèp la chwazia pou byen li, pou sekirite pitit li. Ansanm, nap mennen batay la jiska la viktwa final. E viktwa final la, se viktwa demokrasi-a. Viktwa final la pa dwe pou yon ti gwoup moun li dwe pou tout moun.

Ke Bondye ban nou fos pou met tèt nou ansanm !

Ke Bondye beni Ayiti!

Mèsi anpil!

2,291

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *