La justice en Haïti, les oligarques, les politiciens corrompus et la communauté internationale. – Par Ambassadeur Stanley Lucas

La justice en Haïti, les oligarques, les politiciens corrompus et la communauté internationale

Par Ambassadeur Stanley Lucas*

Justice vient du latin justitia, justice, ayant lui-même pour racine, jus, juris, le droit au sens de permission en matière de religion.

La justice est un principe moral de la vie sociale fondé sur la reconnaissance et le respect du droit des autres qui peut être le droit naturel (l’équité) ou le droit positif (la loi).

La justice est aussi le pouvoir d’agir pour faire reconnaître et respecter ces droits. (ex: rendre la justice). Elle est symboliquement représentée par le glaive et la balance traduisant son double rôle d’administration des châtiments et de détentrice de la vertu morale lui permettant d’imposer son arbitrage.

Au niveau d’un Etat, la Justice est le pouvoir judiciaire qui prend la forme d’une institution ou d’une administration publique constituée d’un ensemble de juridictions chargées d’exercer ce pouvoir (CSPJ, Cour de Cassation, Cour d’Appels, Tribunal de Première Instance, Tribunal du Travail, Tribunat Spécial Enfants, Tribunal de Paix et autres Tribunaux).

La justice s’appuie sur des règles édictées par le législateur (Constitution, traité, loi, règlement) maisbegal sur des textes élaborés au cours de l’exercice du pouvoir judiciaire communément appelé jurisprudence.

En Haïti, depuis plus de trente ans, le pouvoir judiciaire est contrôlé par les oligarques et les politiciens corrompus et criminels. Elle est aussi influencée par l’assistance internationale.

A partir de 1995, la communauté internationale à travers ses programmes d’assistance technique au système judiciaire haïtien, l’USAID-ICITAP, PNUD a gaspillé des centaines de millions de dollars américains sans des résultats palpables. Loin de la réalité politique, sociale et culturelle, ces programmes ont affaibli la justice haïtienne. Nombreux sont les experts internationaux incompétents qui ont travaillé dans l’exécution de ces projets d’assistance à la justice. Ces programmes ont aussi envenimé la situation à cause du favoritisme politique lié à leurs objectifs de politique étrangère qui souvent vont à l’encontre des intérêts nationaux d’Haiti.

Le mépris pour le respect du principe de l’égalité des citoyens devant la loi a été sacrifié en faveur de l’accès et des influences sur les autorités etatiques et judiciaires. Les criminels et l’impunité ont été les bénéficiaires.

Même la constitution d’Haiti a été piétinée par les blancs qui prônaient la démocratie. Pendant plus de trois décennies les blancs ont préférés des solutions de “consensus” corrompues à la base au lieu de supporter l’application de la constitution comme cela se fait chez eux. Est-ce du racisme systémique ou une guerre d’influence et de contrôle au détriment du renforcement des institutions démocratiques?

Les témoignages des deux responsables de l’ONU devant le Conseil de Sécurité cette semaine est l’expression du racisme onusien et de leur condescendance envers les haïtiens. La demande d’intervention militaire orchestrée depuis Juillet 2022 systématiquement refusée par les haïtiens est revenu sur le pavé suite aux initiatives bwa kale du peuple pour se débarrasser des gangs malgré les attaques de partout, voir:
https://planet-press.com/2022/11/16/le-peuple-haitien-attaque-de-partout/
Leur support pour les nominations illégales et inconstitutionnelles à la Cour de Cassation par le Premier Ministre Ariel Henry impliqué dans les gangs et l’assassinat du cinquante-huitième président constitutionnel de la république est un affront à la nation et au respect des principes démocratiques.

Leur appui à une entité fictive sans cadre légal et sans support populaire qu’est le Haut Conseil de Transition (HCT) est une insulte à la démocratie et aux préceptes de la constitution haïtienne. Le HCT est un produit de Madame Helen Lalime chef de la BINUH et de l’oligarque corrompu Édouard Baussan qui avait récemment menacé le journaliste Juno Jean Baptiste.

Les appuis hypocrites aux tentatives de coup d’état de Fritz Jean de l’accord bidon montana et la tentative de coup d’état salut public de Jean Bertrand Aristide par des secteurs corrompus de la communauté internationale intéressée dans des contrats miniers illégaux ont endommagé les relations avec la population haïtienne sans mentionner l’héritage catastrophique de la MINUSTAH. Voir ce rappel:
https://www.alterpresse.org/spip.php?article19768

Aucun effort d’enquête du BINUH sur l’assassinat le 28 Octobre 2022 de Eric Jean Baptiste, leader du parti démocrate chretien RDNP, tué parce qu’il était opposé à la signature du document illégal et inconstitutionnel Haut Conseil de Transition (HCT).

Certains représentants racistes, des fois élitistes des Nations Unies en Haïti sont souvent des porte parole des intérêts des élites globalistes corrompues et des oligarques locaux. Ils représentent une menace pour l’avenir de notre peuple. En sollicitant encore une fois, une intervention militaire étrangère, ils ignorent les désidératas du peuple haïtien qui souhaite des armes et des munitions pour sa police et son armée capables de détruire les gangs, voir:
https://youtube.com/watch?v=A1ojkpyWAtg

Depuis vingt-deux mois au lieu de supporter en équipements militaires et en munitions la police et l’armée d’Haiti capables de détruire les gangs et leurs sponsors, certains acteurs internationaux à travers un jeu cynique refusent de donner cette assistance pour forcer une intervention militaire étrangère que refuse le peuple haïtien. Ces responsables onusiens qui sabotent Haïti ressemblent à Roméo Dallaire, le général canadien qui avait contribué au genocide du Rwanda.

Le double standard dans ce domaine où 120 milliards de dollars d’armement ont été donnés à l’Ukraine pour se défendre comparé à Haïti qui n’a pratiquement rien reçue en armement de la communauté internationale fait crier au racisme, voir: https://leplacentin.com/post/12-04-2023-haiti-insecurite-l-ambassadeur-stanley-lucas-propose-un-plan-pour-retablir-la-securite-en-haiti-en–quatre-mois

Devant ce refus, le peuple haïtien a commencé lui-même à attaquer les gangs ainsi que les oligarques et les politiciens qui sont leurs sponsors, voir:
https://www.tiktok.com/t/ZTRw2og2H

Cette réaction du peuple haïtien appelé, Bwa Kale, est la résultante des abus, horreurs, viols, enlèvements et assassinats vécus au cours des cinq dernières années, voir:
https://leplacentin.com/post/01-05-2023-les-origines-du-mouvement-haitien-bwa-kale

Durant cette période la justice était capturée par les oligarques et protégeait les gangs alors que trois organisations de droits humains manipulaient les rapports pour eux. La police affaiblie par une organisation criminelle Fantôm 509 formée de policiers révoqués et quelques membres actifs de la police nationale, créé par ces mêmes oligarques, notamment Dimitri et Jean Marie Vorbe assistés de quelques politiciens. Tout ceci, sous l’œil complaisant de la communauté internationale qui n’a pas aider le gouvernement constitutionnel de Jovenel Moïse et dans certains cas sabotait ses efforts de lutte contre les gangs créés par les oligarques et les politiciens qui sont leurs valets.

Pendant plus de quatre ans les oligarques Dimitri Vorbe, Reginald Boulos, Jean Marie Vorbe, Edouard Baussan avec l’aide des politiciens de l’opposition radicale du SDP ont créé, finance et arme les gangs qui ont fait sept tentatives de coups d’état pour renverser le gouvernement constitutionnel et commis des atrocités des quartiers populaires. Ils étaient tolérés par certaines grandes capitales du monde.

Par exemple l’administration Jovenel Moïse avait acheté d’une compagnie privée Incas, des blindés au Canada pour renforcer la capacité de la police nationale pour lutter contre les gangs. Une fois payé, le gouvernement du Canada a refusé pendant plusieurs mois d’émettre le permis d’exportation pour ces blindés et ceci jusqu’à l’assassinat du Président Jovenel Moïse.

Durant cette même période, la plupart des rapports envoyés de Port-au-Prince au Secrétaire Général des Nations Unies étaient carrément malhonnêtes. Avec l’arrivée de la nouvelle représentante du Secrétaire Général, Isabel Salvador, cette déconnexion entre les besoins, les intérêts du peuple haïtien et les objectifs de la communauté internationale est totale. L’appui donné aux bourreaux de notre peuple par des acteurs de la communauté internationale est l’objet de contestations permanentes et conduira peut-être à une nouvelle révolution.

Jetons un coup d’œil sur la justice capturée qui a contribué à la réalité violente que vit Haïti aujourd’hui;

Cette justice capturée par les oligarques a un double standard. Les noirs d’Haiti sont coupables dans la plupart des cas. Les oligarques et leurs valets politiques sont protégés. La culture de l’impunité est quasiment totale, voir:
• https://planet-press.com/2022/08/26/haiti-corruption-la-justice-a-un-traitement-pour-les-oligarques-et-une-autre-pour-les-noirs/

Deux entités choisissent les juges en Haïti, le Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) et le sénat de la république. Selon l’ancien Président du Sénat de la république Simon Desras, des 28 sénateurs de la cinquantième législature, sept familles oligarques corrompus de Petion-Villes contrôlaient 21, voir👉🏿 https://www.tiktok.com/t/ZTRTauDQA/

Toutes les activités du sénat étaient contrôlées par les oligarques corrompus de Petion Ville inclut la nomination des juges dans les tribunaux de la république à travers la commission justice de l’institution. En plus des oligarques, les sénateurs corrompus nommaient aussi leurs juges favoris. Il en est de même pour le contrôle du Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire (CSPJ) par les mêmes acteurs à travers les nominations intéressées via le contrôle du mécanisme prévu par la loi. L’état haïtien a été capturé par ces oligarques et les politiciens agissants comme leurs valets. La justice est à leur service. C’est ce qui explique la culture de l’impunité.

Quelle est l’histoire récente de cette culture de l’impunité?

En Janvier 1991 l’ancien ministre de l’intérieur Roger Lafontant
a fait une tentative Illégale de coup d’état contre le gouvernement provisoire du Président Ertha Pascale Trouillot. Il a été arrêté et incarcéré au penitencier national. Lors du coup d’état militaire illégal du 30 Septembre 1991 contre le gouvernement constitutionnel de la république, Jean Bertrand Aristide a donné l’ordre au Capitaine Doura d’exécuter dans sa cellule, le prisonnier Roger Lafontant. Le soldat Sincère Leus exécuta l’ordre et Lafontant fut assassiné. Après enquête le FBI prendra Doura et Leus dans un programme de protection. A date le rapport du FBI est resté secret et Jean Bertrand Aristide n’a pas été puni pour ce crime à cause des interférences étrangères. Le prestige d’une partie de la communauté internationale qui avait investi dans Jean Bertrand Aristide, devenu un assassin, était plus important que la defense du régime de la loi. L’impunité s’est renforcée, voir le document relatif attaché à la présente.

Durant la période du coup d’état militaire un militant lavalas du secteur privé Antoine Izmery, le ministre de la justice d’Aristide, Guy Malary et Jean Marie Vincent un prêtre du réseau de la théologie libération ont été brutalement assassinés. A date personne n’a été appréhendé pourtant la police et le système judiciaire ont des pistes claires et spécifiques sur les origines et responsables de ces trois assassinats. Toujours le règne de l’impunité.

L’avocate Mireille Durocher Bertin a été assassiné sur ordre de Jean Bertrand Aristide par son ministre de l’intérieur Mondesir Beaubrun et quelques chimères lavalas à sa solde à qui il a donné les armes et le véhicule pour commettre le crime. L’avocate a été assassinée parce qu’elle questionnait la constitutionnalité de la demande d’intervention militaire d’Aristide en 1994 qui aurait pu conduire à un jugement pour haute trahison par le parlement. Le FBI avait enquêté sur ce crime. Les résultats gênant les objectifs de la politique étrangère du gouvernement américain de l’époque qui avait investi son prestige dans Aristide, les résultats de l’enquête avait été classés secrets renforçant ainsi la culture de l’impunité, voir, https://solutionshaiti.blogspot.com/2017/03/jean-bertrand-aristide-aurait-ordonne.html?m=0
Les journalistes Brignol Lindor, Jacques Roche et Jean Dominique ont été assassinés par ce même réseau de criminels faisant partie du réseau lavalas d’Aristide. A date personne n’a été sanctionnée par la justice malgré les preuves collectées et l’ordonnance définitive d’un juge d’instruction. L’impunité continuait son chemin, voir:
https://www.alterpresse.org/spip.php?article124
https://www.alterpresse.org/article.php?id_article=2837
http://radiokiskeya.com/spip.php?article9968

À cause de l’impunité l’auteur intellectuel de ces crimes n’est pas en prison. Les neufs noms qui ont participé à l’assassinat du journaliste Jean Dominique sont connus à cause de l’ordonnance définitive émise par un juge d’instruction après enquête. C’est Aristide qui a ordonné l’assassinat. Ils sont intouchables. Parmis ceux qui sont impliqués dans l’assassinat du journaliste Jacques Roche l’un d’eux deviendra sénateur de l’Ouest et commettra d’autres crimes contre la république. Mirlande Liberus responsable de la coordination du crime, directrice de la fondation Aristide vit tranquillement aux États Unis:
https://youtube.com/watch?v=RGGCkUvb5hw

Selon les enquêtes judiciaires Lovinsky Pierre Antoine, un militant lavalas a été exécuté par le ministre des relations en charge du parlement du gouvernement Preval pour une affaire de maison, pourtant l’impunité continue de régner dans cette affaire.

La lettre du sénateur Irvelt Chery aux Commissaires du gouvernement et Substituts de la république restée sans suivi illustre à la fois le degré d’impunité et de corruption de la justice haïtienne contrôlée par les oligarques, voir sa lettre ici👉🏿 http://www.haitian-truth.org/senateur-irvelt-chery-lettre-ouverte-17-novembre-2000/

L’ancien Président Jean Bertrand Aristide est impliqué dans le trafique de la drogue selon le responsable de la DEA pour Haïti, Javier Peña. Il est aussi impliqué dans les gangs et les assassinats politiques. Malgré les preuves et l’ordonnance définitive du juge d’instruction dans l’assassinat du journaliste Jean Dominique est une illustration de l’influence négative de la communauté internationale sur la justice haïtienne, sur l’état et l’impunité, voir:
https://youtube.com/watch?v=QMpcWmmDN_M
http://radiokiskeya.com/spip.php?article9968
https://youtube.com/watch?v=QMpcWmmDN_M
https://youtube.com/watch?v=V0gZhQMzrkI

Deux autres anciens présidents Jocelerme Privert et Michel Martelly sont impliqués dans les gangs. Le dernier a aussi participé dans l’assassinat du Président Jovenel Moïse. Les assassins du Président Moïse ont pris le contrôle du pouvoir judiciaire pour saboter l’enquête en Haïti. Ils bénéficient aussi de la culture de l’impunité. Voir:
https://www.tripotaylakay.com/jovenelmoisedocuments

Il faut aussi noter que durant cette période 2017-2023 nombreux ont été les rapports de droits humains qui ont été falsifiés pour supporter le narratif de la politique étrangère de certains pays envers Haïti. Ces pays financent des organisations de droits humains locales, voir:
https://www.alterpresse.org/spip.php?article5133

Durant son mandat constitutionnel le Président Jovenel Moise a été victime des fabrications de violations de droits humains par le RNDDH de Pierre Espérance, le CARDH de Gedeon Jean, la FJKL de Samuel Madistin et l’Institut Justice et Démocratie en Haïti (IJDH) créé par des anciens lobbyistes de Jean Bertrand Aristide comme Brian Concannon, Ira Kurzban qui fait des millions avec lui. Ces fabrications de droits humains et la justice accompagnés d’une campagne d’assassinat de caractère ont été utilisés pour exécuter des tentatives coup d’état contre le gouvernement constitutionnel. Le livre, Jovenel Moïse, le rêve assassiné décrit bien cette réalité, voir:
https://www.haitipolicy.org/Lobbying7.htm
https://www.amazon.com/Jovenel-Moise-rêve-assassiné-French-ebook/dp/B0BBQ5Z5XT

Ces “activistes” de droits humains sont à la fois leaders politiques, avocats partisans et autres incompatibilités liés à ce secteur. Ce sont des affairistes qui fabriquent des rapports au goût du maître.

Un cas choquant pour illustrer, après l’assassinat du Président Jovenel Moïse, les membres de l’opposition ont révélé les noms des vrais responsables du massacre de la saline. Ils ont aussi révélé les noms de ceux qui brûlaient les écoles, les marchés publics, les institutions publiques comme les commissariats de police, les tribunaux et ministères pour eux pendant plus de quatre ans. Notamment Ricard Pierre, André Michel, Nènèl Cassy, André Michel, Evaliere Beauplan, Antonio Cheramy alias Kato pour ne citer que ceux-là. Ces révélations ont été faites au moment où ces bandits réclamaient leurs dus de ceux qui occupent l’espace du pouvoir après leur coup d’état sanglant du 7 Juillet 2021, voir:
https://youtube.com/watch?v=JZHPXJ3sEh4
https://youtube.com/watch?v=62udFbOpUbs
https://youtube.com/watch?v=-7gXh1bGuVc

L’objectif de ces manipulations et mensonges d’une partie du secteur des droits hummains étaient de faciliter l’assassinat de caractère du Président Jovenel Moïse pour faciliter son élimination physique le 7 Juillet 2021. Pour tenter de salir son cadavre, ces mensonges ont continué après son assassinat. Plusieurs histoires rocambolesques ont été fabriquées pour salir le cadavre du président. Tantôt c’était cinquante-quatre millions de dollars américains fictifs qu’on a trouvé chez lui. Quand ça n’a pas marché c’était une affaire de drogue. Comme cette histoire n’avait pas de pieds ils ont essayé d’inventer une connexion avec la Turquie et la Russie, bien sur histoires dictées par les oligarques assassins derrière le crime.

Ces quelques militants de droits humains ont même collaboré avec les assassins du président pour prendre contrôle du pouvoir judiciaire. Résultat? L’impunité s’est renforcée.

L’assassinat du Bâtonnier Monferrier Dorval est un cas d’impunité flagrant. Il a été éliminé par les oligarques Vorbe parce qu’il supportait le référendum sur la constitution qui était appuyé par le gouvernement Moïse pendant qu’il était l’avocat de la Sogener. C’est une impertinence que ne tolère pas ces oligarques racistes. L’interview réalisée par Me. Dorval sur radio magik 9 le 28 Août 2020 a mis en colère les Vorbe. Ils ont décidé de le tuer. Le processus récent de certification des juges et les échanges épicées entre le juge d’instruction Ikenson Edume et l’avocat Guerdy Blaise ont permis de voir plus clair les origines de l’assassinat. Les assassins bénéficient de l’impunité des puissants du système. Ce texte de Gedony Fontil a jeté un peu de lumière sur ce réalité, voir:
https://m.facebook.com/410809436013820/photos/monferrierdorval-assassinatje-poste-ces-messages-de-me-guerby-blaise-lun-des-pri/997668997327858/

Dans le cadre du renforcement de cette culture de l’impunité, au cours des vingt-deux mois récents, c’est le Premier Ministre de facto Ariel Henry impliqué par la justice dans l’assassinat du Président Jovenel Moïse, les oligarques et politiciens corrompus de sa coalition gouvernementale qui nommeront illégalement six membres au Conseil Supérieur du Pouvoir Judiciaire CSPJ), voir:
https://youtu.be/KmVVFd8Ar5c
https://lenouvelliste.com/article/231963/ariel-henry-remet-en-place-le-conseil-superieur-du-pouvoir-judiciaire.

C’est aussi eux qui nommeront illégalement huit juges à la Cour de Cassation d’Haiti, pour protéger ceux responsables des crimes politiques et économiques malgré les résolutions des Nations Unies et du parlement américain voir:
https://www.alterpresse.org/spip.php?article29087

Ces nominations illégales ont été signées aussi par le nouveau ministre de la justice corrompu de la coalition d’assassins à la tête de l’état, Bertho Dorce. Il a été nommer pour trafiquer la justice en faveur de ses patrons les oligarques, ses alliés politiques de l’Inite, Verite, SDP, du PHTK pour saboter et bloquer l’enquête sur l’assassinat du Président Jovenel Moïse. Ce ministre est aussi l’avocat personnel d’Ariel Henry, avocat aussi de la Sogener, compagnie de l’oligarque corrompu Dimitri Vorbe. Bertho est aussi un trafiquant de drogue selon le rapport de 1995 de la direction centrale de la police judiciaire (DCPJ). Récemment il était impliqué dans le trafic d’armes de Port-de-Paix. Pour le protéger, son cas a été référé au juge politique du parti Inite, Walther Wesser Voltaire qui certainement le blanchira. voir:
https://rezonodwes.com/?p=266040
https://www.tripfoumi.com/blog/2023/04/06/implique-dans-un-dossier-de-trafic-darmes-lancien-ministre-berto-dorce-sur-le-point-detre-arrete/

L’impunité est très palpable dans l’application de la résolution 2653 des Nations Unies et des sanctions bilatérales des États Unis et du Canada sur certaines personnalités en Haïti. A date 99% des oligarques et politiciens impliqués dans les gangs, le trafique des armes, les atrocités dans les quartiers populaires de la région métropolitaine de Port-au-Prince et dans l’assassinat du Président n’ont pas été sanctionnés. Ils sont responsables de la création des gangs à la fin de 2017 pour renverser le gouvernement du Président Jovenel Moïse. Aucun d’eux n’a été l’objet de sanctions. Ils sont des agents d’une partie de la communauté internationale. C’est ce qui explique la réaction bwa kale du peuple haïtien face aux blancs et au gouvernement Henry qu’ils ont installé.
https://planet-press.com/2022/11/06/cooperation-haiti-communaute-internationale-sanctions-de-dupes/

Conformément à l’article 149, Ariel Henry et sa coalition d’assassins à la tête du gouvernement provisoire de facto, n’ont pas l’autorité constitutionnelle pour faire ces nominations dans le système judiciaire. Selon la loi mère, seuls un président et un sénat constitutionnellement élus par le peuple ont cette autorité. Ceci pour éviter la politisation et la corruption de la justice. Le mandat constitutionnel d’un gouvernement provisoire est de rétablir la sécurité, d’organiser les prochaines élections, et gérer les affaires courantes. N’ayant aucun mandat populaire, il ne peut en aucun cas prendre de grands engagements au nom de la nation, voir solliciter une intervention militaire étrangère. Mandat impossible puisque les membres de ce gouvernement ont créés les gangs à la fin de 2017.

Le cinquante-neuvième président et le sénat de la 51em législature qui sortiront des prochaines élections n’ont qu’une option remplacer ces corrompus du pouvoir judiciaire et annuler toutes les décisions prises par eux.

Cette impunité règne aussi dans le secteur privé. Malgré les preuves accumulées par la justice sur leurs implications dans des assassinats, crimes politiques et économiques, ils sont protégés par des juges corrompus.

C’est dans cette compromission politique et financière du Judiciaire qu’on retrouve la décision corrompue du juge Bredy Fabien en faveur de la sogener et Dimitri Vorbe, l’oligarque du black-out. Cette décision corrompue éliminait 407 millions de dollars américains de fonds volés à l’état que Vorbe devait rembourser et en plus, le juge corrompu obligeait le trésor public à lui verser une prime additionnelle de 54 millions de dollars américains, voir https://youtube.com/watch?v=f3i12GX4ppw

Malgré les rapports de l’Unite de Lutte Contre la Corruption (ULCC) montrant preuves à l’appui comment cinq membres de la famille Boulos volent les fonds de l’état, l’impunité continue de régner. Les corrompus ont achetés la plupart des juges.
https://maghaiti.net/haiti-corruption-lulcc-ordonne-larrestation-de-reginald-boulos/
https://twitter.com/ULCCHaiti/status/1631414665761681411

Depuis cinq ans les gangs qui font la loi aujourd’hui ont été créés par les oligarques haïtiens et leurs valets pour éliminer le Président Jovenel Moïse qui combattait la corruption établie par eux après la capture de l’état depuis trois décennies. L’influence des oligarques sur la justice facilitait la libération des gangs arrêtés par la police, voir:
https://www.tiktok.com/t/ZTRwjNcso/
Ces oligarques haïtiens sont le prolongement des élites globalistes corrompues qui détestent la démocratie et le marché libre qui provoquent des genocides et l’insécurité à travers le monde. Les groupes armés au Rwanda et au Congo pour créer les conditions pour voler les richesses minières sont le résultat de leur approche. Dans leurs rapports, une partie du personnel de la BINUH est le prolongement du réseau de défense de leurs intérêts. Une partie de la BINUH a tout fait en cinq ans pour affaiblir les capacités sécuritaires de l’état haïtien. Le Canada a refusé pendant longtemps de livrer les blindés commandés par le Président Jovenel Moïse pour renforcer la capacité de la police de combattre les gangs. Ils ont attendu son assassinat pour faire semblant d’aider. D’autres entités internationales ont fait pressions pour que les Forces Armées d’Haiti (FADH) entité constitutionnelle ne participent pas à la lutte contre les gangs. Pourtant un colonel de l’armée haïtienne a dit clairement avec quelques équipements clés ils peuvent immédiatement détruire les gangs armés, voir:
https://youtube.com/watch?v=A1ojkpyWAtg

Un autre indicateur du degré de corruption de la communauté internationale à travers l’insécurité pour créer les conditions pour voler les ressources minières d’Haiti est l’article publié récemment par CEPR.net Un ancien général de l’armée américaine qui avait reçu 10 millions de dollars américains après le tremblement de terre de 2010 pour construire des maisons en faveur des victimes. L’argent a été dépensé et aucune maison n’avait été construite. C’est ce général qui revient en Haïti avec Angelo Viard qui avait reçu des contrats miniers corrompus qui avaient été annulés par une résolution du parlement haïtien. Ils viennent appuyer un gouvernement impliqué dans l’assassinat du cinquante-huitième président constitutionnel d’Haiti, Pis, ce général a comme bras droit le colonel Eeben Barlow des forces spéciales de l’armée de l’Afrique du sud durant l’apartheid qui avait pour mission de tuer les noirs qui voulaient changer le système. Est-ce qu’il y a un lien entre ces initiatives et l’assassinat du Président Jovenel Moïse? voir:
https://cepr.net/haitian-authorities-quietly-met-with-defense-contractor-former-us-general/

Pourquoi saboter les institutions nationales capables de détruire les gangs et continuer à solliciter une intervention militaire étrangère que les haïtiens refusent? Depuis Juillet 2022 les élites globalistes corrompues battent le tambour d’une intervention militaire étrangère refusée par les haïtiens. Pour appuyer leur projet fou, ils ont même commandé de faux sondages des oligarques haïtiens.

Il est clair que la sécurité peut être rétablie en quatre mois s’il y a un gouvernement qui n’est pas impliqué dans les gangs et une stratégie intégrée, voir:
https://leplacentin.com/post/12-04-2023-haiti-insecurite-l-ambassadeur-stanley-lucas-propose-un-plan-pour-retablir-la-securite-en-haiti-en–quatre-mois

Est-ce que la BINUH n’a pas tiré des leçons de l’Afghanistan, de l’Irak et des expériences récentes en Haïti avec la MINUSTAH qui étaient catastrophiques? Les dégâts et souffrances causés par ces aventures militaires sont énormes particulièrement quand les peuples n’en veulent pas.

Les divergences d’intérêts entre les haïtiens et quelques éléments de la communauté internationale se reflètent clairement dans la collusion entre les demandes d’intervention militaire étrangère de l’ancienne ministre des affaires étrangères de l’Equateur, Isabel Salvador à la tête de BINUH qui a repris le refrain catastrophique d’Helen Lalime et les oligarques de Petion Ville. Face au réveil du peuple contre le système d’exploitation et de corruption qu’ils ont établi, leurs intérêts sont menacés.

La résistance de l’ONU depuis vingt-deux mois pour mettre en place un tribunal pénal international pour enquêter sur l’assassinat du Président Jovenel Moïse comme cela a été faite après l’assassinat du Premier Ministre du Liban Rafiq Hariri est aussi le reflet de cette culture de l’impunité. Haïti a fait deux demandes formelles pour établir ce tribunal spécial international pour enquêter sur l’assassinat du Président, les 19 Juillet et 3 Août 2021. Depuis c’est le silence totale qui traduit aussi la culture de l’impunité au niveau international, voir:
https://twitter.com/nouweanbayo/status/1617883144094617606
https://twitter.com/nouweanbayo/status/1617883714515783686
https://twitter.com/nouweanbayo/status/1617883673826856963
https://twitter.com/nouweanbayo/status/1635491997585661954
https://www.tripotaylakay.com/jovenelmoisedocuments
https://manoactualite.com/2023/04/01/assassinat-du-president-jovenel-moise-et-mascarade-de-justice-en-floride-pour-proteger-les-grands-assassins/
https://planet-press.com/2022/12/10/assassinat-president-jovenel-moise-le-juge-dinstruction-walther-wesser-voltaire-depasse-par-son-jeu-politique/

Même en Floride pour protéger les puissants impliqués dans l’assassinat du président, ils oulaient organiser une mascarade de procès le 8 Mai 2023 qu’ils ont reportée à l’année prochaine à cause des cris de protestations de la diaspora et venant d’Haiti, voir: • https://manoactualite.com/2023/04/01/assassinat-du-president-jovenel-moise-et-mascarade-de-justice-en-floride-pour-proteger-les-grands-assassins/

Pour le rétablissement de la sécurité, la démocratie, la justice et le retour à l’ordre constitutionnel, la BINUH doit cesser de défendre les intérêts des oligarques haïtiens et des élites globalistes corrompues. Pour éviter la confrontation, laissez le peuple haïtien décidé de son avenir.

* Ambassadeur Stanley Lucas est un spécialiste en développement politique et ancien Conseiller Spécial du Président Jovenel Moïse