Un seul diplomate était impliqué dans ce dossier, Adras Andris, le fils du Sénateur Andris Riché.

Un diplomate haïtien aurait fourni de faux documents à deux de ses compatriotes impliqués dans une escroquerie frauduleuse, a déclaré un tribunal.

Le Bahamian Bradley Smith, qui servait d’intermédiaire, a déclaré à la police que le diplomate lui remettrait des reçus pour la collecte de faux documents pour les Haïtiens qui envisageaient de contracter un mariage de complaisance.

En août, le scandale a entraîné le rappel de trois membres du personnel diplomatique en Haïti à la suite d’une commission d’enquête sur des accusations de corruption impliquant la délivrance de visas haïtiens.

L’enquête a commencé après que les Haïtiens Willy Exama et Anslene Nicolas eurent demandé un permis de séjour pour résident le 11 juillet, après des mariages simulés avec les Bahaméens Bridney Johnson et Bernard Musgrove.

Les officiers d’immigration sont devenus méfiants en remarquant des irrégularités dans les passeports des Haïtiens, a déclaré le procureur.

Des vérifications plus poussées ont révélé qu’il n’y avait aucune trace de leur admission dans le pays, bien qu’ils aient été munis d’un visa.

Smith a été arrêté sur le parking du service de l’immigration et la police a retrouvé plusieurs actes de mariage dans sa voiture, a annoncé le tribunal.

Exama et Johnson ont plaidé coupables à des accusations de complot en vue de commettre une fraude sous de faux prétextes, une fraude sous de faux prétextes concernant leurs licences de mariage et un mariage frauduleux lorsqu’ils ont comparu devant le Magistrat en chef adjoint Subusola Swain hier.

Exama a déclaré qu’il avait versé 2 300 dollars à Smith pour lui trouver une épouse, a annoncé le tribunal.

Johnson, qui avait connu des moments difficiles, n’a touché que 1 000 dollars pour le mariage, qui est sur le point d’être annulé, a déclaré son avocat, Bjorn Ferguson.

Swain leur a ordonné de payer chacun une amende de 4 500 dollars pour éviter de passer 12 mois en prison.

Exama, qui a déclaré ne pas avoir l’argent nécessaire pour payer l’amende, a été récompensé pour les quatre mois déjà passés en détention provisoire.

Smith a plaidé coupable d’avoir facilité des mariages frauduleux mardi et a payé une amende de 6 000 $ pour éviter de passer un an en prison.

Il était censé témoigner contre Exama et Johnson hier avant qu’ils ne décident de reconnaître leur culpabilité.

Le magistrat a réprimandé Smith et Johnson pour avoir “vendu” leur pays.

Swain a fait remarquer qu’aucun responsable de l’ambassade n’est venu vérifier Exama.

Le mois dernier, Nicolas et Musgrove ont admis avoir contracté de faux mariages et ont été condamnés à une amende de 4 200 dollars des États-Unis, ou de trois mois, devant le même tribunal.

1,320

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *