Trump permettra aux «rêveurs» de rester aux États-Unis, promettant une promesse de campagne





WASHINGTON – Le président Trump a officiellement renversé son engagement de campagne pour expulser les soi-disant rêves, les immigrants sans papiers qui sont venus aux États-Unis en tant que petits enfants.

Le ministère de la Sécurité intérieure a annoncé jeudi soir qu’il continuerait le programme de l’ère Obama visant à protéger ces immigrants de leur expulsion et à leur fournir des permis de travail afin qu’ils puissent trouver un emploi légal.

Une fiche d’information publiée sur le site Web du ministère indique que les immigrants inscrits au programme 2012, appelés Action différée pour les arrivées infantiles, «continueront d’être admissibles» à renouveler tous les deux ans et constate que «aucun permis de travail ne sera résilié avant leur date d’entrée en vigueur dates de péremption.”

Les militants des droits de l’immigration, qui ont combattu violemment l’interdiction de voyager de M. Trump et renforcé l’application d’autres lois sur l’immigration, ont salué la décision.





“C’est une grande victoire pour les rêveurs au milieu de mois de politique draconienne et politique d’application de l’immigration”, a déclaré David Leopold, un avocat de l’immigration. “La préservation de DACA est un hommage à la force du mouvement Dreamer et à une reconnaissance – au moins en partie – par le ministère de la Sécurité intérieure qu’il ne devrait pas viser les immigrants sans papiers qui ont de solides liens avec leurs communautés et ont respecté les loi.”

La décision est un renversement de la rhétorique anti-immigrée de M. Trump pendant la campagne et est susceptible de décevoir certains partisans les plus ardents du président, qui considèrent le programme lancé par l’ancien président Barack Obama comme une subvention illégale d’amnistie.

Au cours de la campagne, M. Trump a réitéré à maintes reprises ce sentiment. Lors d’un même rassemblement l’été dernier, M. Trump a promis de «mettre fin immédiatement» au programme DACA, en disant que M. Obama avait «défié la loi fédérale et la Constitution».




Mais une fois au pouvoir, M. Trump a fait face à une nouvelle réalité: les risques politiques de cibler pour la déportation un groupe de personnes qui sont considérées avec sympathie par de nombreux Américains. Dans certains cas, les immigrants ne savaient pas qu’ils étaient dans le pays illégalement. Beaucoup ont fréquenté les écoles américaines depuis le moment où elles étaient à la maternelle.

Interrogé à plusieurs reprises sur ses intentions pour le programme depuis son entrée en fonction, le président a laissé entendre qu’il n’essaierait pas d’expulser les rêveurs. Mais les militants de l’immigration étaient restés préoccupés par le fait que l’administration pourrait encore éliminer le programme.

La décision de poursuivre le programme DACA, qui affecte environ 800 000 personnes aux États-Unis, est venu lorsque l’administration a officiellement mis fin à la tentative de M. Obama de l’étendre pour couvrir également les parents des Rêveurs.

En 2015, M. Obama a proposé une expansion du programme, appelé Action différée pour les parents d’Américains, qui aurait pu protéger jusqu’à cinq millions de personnes de l’expulsion et leur a fourni des permis de travail.

Ce programme n’a jamais été mis en œuvre parce qu’un tribunal du Texas l’a bloqué à la demande d’une coalition de 26 procureurs généraux de l’État. La Cour suprême a bloqué, 4-4, une contestation de cette décision, mais la décision de l’administration Trump met officiellement fin au litige. Source: The New York Times



One thought on “Trump permettra aux «rêveurs» de rester aux États-Unis, promettant une promesse de campagne

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *