O.P.C: Incapacité des dirigeants actuels ‘assurer la sécurité de la population.




Incapacité des dirigeants actuels ‘assurer la sécurité de la population.
‘Office de la Protection du Citoyen (OPC), Institution Nationale indépendante de promotion
et de protection des Droits Humans, exprime, une fois de plus, son indignation face à l’aggravation du
climat ‘insécurité, lié au phénomène d’enlèvement et accompagné de plusieurs cas d’ assassinat dans
l’aire métropolitaine. Les bandits sans foi, ni loi, opérant en toute impunité, attaquent tous les membres
de la société : Religieux, professeurs, policiers, étudiants, grands et petits entrepreneurs etc.
L’OPC est très préoccupé par les cas d’enlèvement qui ont atteint une augmentation de 300%
selon des informations disponibles. Durant le weekend du 15 au 17 octobre 2021, le professeur Patrice
Derenoncourt et 17 missionnaires étrangers ont été enlevés par des bandits. Quant a pasteur Jean
Mary Ferrer Michel de l’église Jesus Center, kidnappé le 3 octobre denier, il est toujours entre les
mains de ses ravisseurs en dépit d’une rançon versée par ses proches.
L’OPC rappelle que l’enlèvement ou le kidnapping constitue une activité criminelle cruelle et
la pire forme de violation des droits humans car il porte atteinte à la dignité humane, à l’intégrité
physique, morale et psychologique de la victime.



« Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne. »
« Nul ne sera soumis à la torture, ni à des pines ou traitements cruels, inhumains ou
dégradants. » (Articles 3 et 5 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme)
A cet effet, l’OPC note avec réprobation, que selon certaines informations, le Ministre de
l’Intérieur faisant office de Ministre de la Justice, Liszt Quitel, serait impliqué dans l’enlèvement du
Pasteur Jean Mary Ferrer Michel.
L’OPC invite les dirigeants de facto qui détiennent le pouvoir depuis l’assassinat du Président Jovenel
Moïse, le 7 juillet 2021, à tirer conclusion de leur cuisant échec en matière de governance, de sécurité,
de protection de droits humains et de l’État de Droit. Ce constat d’échec, s’est concrétisé, au vu et au
su de tout le monde, à l’occasion des commémoratives du 17 octobre au Pont rouge où des hommes
armés ont eu le dessus sur les dirigeants actuels, incapables d’assurer la sécurité de la population.
L’OPC exige la libération sans condition de tous les otages, enlevés par des bandits et demande
à la population d’être vigilante dans le cadre de la lutte pour le respect et la protection des droits
humans, qui constitue, à bien des égards, un impératif de l’heure.



430

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *