La Fédération Haïtienne de Football dénonce un nouveau reportage inexact, biaisé et profondément imparfait du journal The Guardi





Croix des Bouquets, le 22 Mai 2020 – La Fédération haïtienne de Football a publié aujourd’hui la déclaration suivante suite à la publication de la deuxième attaque contre le président Yves Jean-Bart du journal britannique The Guardian.
Le Guardian a une nouvelle fois démontré son manque total de crédibilité en choisissant de publier une fausse pièce remplie de mensonges et d’accusations salaces sans fondement de sources strictement anonymes.




Le premier article d’Ed Aarons, du blogueur Romain Molina et d’Alex Cizmic a fait la fausse et scandaleuse affirmation selon laquelle les « avortements forcés » étaient le résultat d’agressions sexuelles dans le centre de formation pour jeunes à Croix-des-Bouquets, tandis que leur dernier article affirme que le président a engendré bon nombres d’enfants avec « plusieurs » filles mineures du centre. Lequel est-ce? S’il y a eu des avortements, alors où sont les preuves de ces procédures médicales, qui sont illégales en Haïti ? Et où sont tous ces enfants qui sont censés être nés ?
Ce n’est qu’un exemple flagrant de mauvaises pratiques des soi-disant reporters du Guardian, qui se moquent de l’éthique journalistique. Il convient de noter que l’un des co-auteurs de l’article a déjà été poursuivi pour avoir fait des déclarations diffamatoires dans des écrits et des publications sur les réseaux sociaux.
Les deux articles sont des études de cas remarquables sur la façon de niveler des affirmations extrêmement sérieuses tout en s’appuyant strictement sur des citations anonymes ou les lecteurs sont totalement incapables de vérifier l’existence de ces soi-disant sources ou un lambeau de preuves pour étayer leurs affirmations.




Bien que The Guardian affirme que des enquêtes sont en cours, il ne note absolument pas que la Fédération haïtienne de football a elle-même initié ces demandes d’enquêtes. En plus de demander une enquête des autorités d’Haïti, la Fédération a demandé à la FIFA d’envoyer des experts du Programme des Gardiens de la FIFA / Protection des Enfants pour vérifier les conditions de son centre national de formation des jeunes et mener sa propre enquête.
La Fédération a également demandé à une organisation de défense des droits de l’homme, respectée tant au niveau national qu’international, le Réseau national de défense des droits humains (RNDDH), de mener sa propre enquête sur ces allégations.
Ce ne sont guère des actions auxquelles vous ne vous y attendiez d’une organisation cherchant à couvrir des activités malhonnêtes et subversives. Au lieu de cela, la FHF fait preuve de transparence et de bonnes intentions et montre un désir de réfuter les fausses accusations portées contre Yves Jean Bart.




L’article du Guardian regorge d’appels à la suspension de Jean-Bart, ce qui est précisément ce que ses ennemis politiques recherchent en menant cette guerre de désinformation dans les médias, surtout internationaux, visant à saper les efforts du président de la Fédération en faveur du football Haïti, salir la Fédération haïtienne de football et, ce faisant, à dégrader et rabaisser Haïti.
Molina et The Guardian ont clairement indiqué que leur objectif n’était pas le journalisme, mais un plaidoyer destiné à attaquer le personnage et à détruire la carrière du responsable du football haïtien et par ricochet détruire l’avenir de centaines de jeunes qui rêvent de changer leurs conditions sociales grâce au football.

3,166

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *