Haïti – Bernard Gousse : » Les acteurs politiques et économiques doivent cesser de composer avec les bandits »





Préoccupé par l’aggravation du climat sécuritaire d’Haïti, l’ancien Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Me. Bernard Gousse interpelle les hommes et les femmes politiques ainsi que ceux et celles de l’élite économique, sur la nécessité qu’ils (elles) prennent leur distance avec les gangs.

Port-au-Prince, le 28 octobre 2020.- La remontée de l’insécurité en Haïti, un sujet qui ne cesse de défrayer la chronique et ceci depuis plusieurs mois. Pas un jour ne passe sans qu’un cas de kidnaping ou d’homicide ne soit recensé, ce que déplore l’ancien Ministre de la Justice et de la Sécurité Publique, Me Bernard Gousse.

Me Bernard Gousse
« Une insécurité généralisée qui n’épargne personne, » telle est l’annalyse de Me Gousse sur la situation d’Haïti. Entre-temps, les appels à la dénonciation de ce phénomène ne manquent pas, nombreux sont les secteurs qui appellent les dirigeants du pays à assumer leur responsabilité.




Mais, ces derniers semblent faire la sourde-oreille. Sans langue de bois, Me. Gousse pointe du doigt les autorités concernées qui seraient à la base de cette recrudescence de l’insécurité.

Dire que la Police Nationale d’Haïti (PNH)
travaille en vain. Comment des policiers peuvent-ils arrêter des bandits qui par la suite vont être libérés par la justice? Se demande l’ex Ministre. Pas étonnant donc que l’impunité puisse encourager l’insécurité dans le pays, estime-il.

L’ancien ministre de la justice qui estime que la réponse des autorités n’est pas assez énergique dans la lutte contre le banditisme dénonce l’inégalité sociale à la base du pullulement de bandes armées.




Face à une telle réalité, l’ancien premier ministre nommé met l’accent sur la nécessité que les politiciens et les membres du secteur privé cessent de composer avec les bandits. Ce qui serait, selon lui, un facteur incontournable si l’on veut contrer le grand banditisme et ses derrivés

À ce stade des débats, l’ancien ministre de la Justice et de la Sécurité Publique plaide en faveur d’un meilleur traitement pour les agents de police qui selon lui sont déjà en position de faiblesse face à la puissance de feu des gangs armés.

Vant Bèf Info (VBI)

2,498

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *